« Justice pour nos sportifs » : Les appuis se multiplient !

OTTAWA, le jeudi 14 mai 2015 – Le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) est bien heureux de compter sur l’appui de plus d’une dizaine d’organismes francophones et de personnalités influentes dans sa lutte pour permettre aux jeunes athlètes de l’Ontario de poursuivre leur rêve sportif en français.

 

Depuis la sortie publique de Denis Vaillancourt, président de l’Assemblé de la francophonie (AFO) et de Gisèle Lalonde, deux personnalités influentes du milieu franco-ontarien, l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO), l’Association canadienne-française de l’Ontario de Prescott et Russell (ACFO PR), l’Association des conseils scolaires des écoles publiques de l’Ontario (ACEPO), le Centre communautaire Franc-Ouest (CCFO), l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), le Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP), l’Hôpital Montfort et la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa appuient officiellement le mouvement.

 

«Si l’accessibilité des programmes éducatifs spécialisés francophones est compromise par un règlement d’une quelconque association, sportive ou autre, nous devons réagir afin d’éviter l’assimilation de nos jeunes francophones dans le contexte spécifique d’une minorité linguistique. Voici la position que partage tous nos supporteurs! » de dire  Denis M. Chartrand, président du CEPEO.

 

 

Le mouvement Justice pour nos sportifs

 

Le 4 septembre 2012, l’Ontario Federation of School Athletic Associations (OFSAA) a pris la décision de circonscrire l’admissibilité des élèves aux compétitions sportives qu’elle organise. L’OFSAA prétend que son règlement est équitable pour tous, puisqu’il oblige n’importe quel élève, francophone ou anglophone, à résider sur le territoire de son école pour pouvoir participer aux compétitions organisées par l’OFSAA.

 

Or, la réalité des élèves francophones est bien différente de celle des élèves anglophones en Ontario. En effet, le nombre d’écoles de langue française étant beaucoup moins élevé que celles de langue anglaise, les écoles de langue française se dotent souvent d’une vocation particulière, qu’elle soit au niveau sportif, artistique ou autre, afin de répondre aux besoins de la clientèle francophone de sa région.

 

C’est d’ailleurs le cas des écoles secondaires du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO), notamment de l’école secondaire publique Louis-Riel reconnue pour son programme sports-études. Au fil des années, de nombreux athlètes de haut calibre provenant des quatre coins de la Ville d’Ottawa ont eu l’occasion de réaliser leur rêve sportif grâce à ce programme tout en accomplissant leur parcours académique en français. À cause de la réglementation d’OFSAA, de nombreux élèves sont contraints de choisir entre une éducation de haute qualité en langue française ou de poursuivre leur passion pour le sport en anglais.

 

Pour plus d’informations sur le mouvement Justice pour nos sportifs : http://www.justicepournossportifs.ca/

 

–30 –

Écoles de choix, Conseil de choix. Modèle en éducation et en gestion environnementale, le Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO) est le premier conseil scolaire au monde à offrir le programme ISO 14 000 pour les élèves et à recevoir la certification ISO 14 001, reconnue mondialement par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). LE CEPEO dessert près de 14 000 élèves et compte 38 écoles élémentaires, secondaires et pour adultes de langue française réparties sur tout le territoire de l’Est ontarien.

 

Renseignements : Delphine Denis,  Responsable des relations avec les médias | Téléphone : 613-742-8960 poste 2020 | Courriel : delphine.denis@cepeo.on.ca

Partager: